image description

GE, Endeavor Energy et Finagestion unissent leurs forces pour donner naissance à un projet innovant destiné à augmenter la production d’électricité au Ghana de 1000 mégawatts

Le Consortium Ghana 1000 regroupe GE, Endeavor Energy et Finagestion.

La première phase du projet devrait permettre de fournir 360 MW d’électricité à partir de 2017.

Une fois terminé, le projet Ghana 1000 sera l’un des plus grands parcs énergétiques en Afrique subsaharienne.

Le projet Ghana 1000 est innovant et unique en son genre ; il s’agit en effet d’un projet de production d’électricité au GNL dans un marché émergent.

Le 6 mai 2014, Accra, Ghana : Le géant américain General Electric (GE), Endeavor Energy et Finagestion ont signé un accord de co-développement pour donner naissance et mettre en œuvre le projet Ghana 1000. Une fois achevé, ce projet intégré et novateur de production d’électricité au gaz naturel livrera plus de 1 000 MW sur le réseau électrique national du Ghana.  La cérémonie de signature du contrat de co-développement a eu lieu dans les locaux du Ministère de l’Énergie, à laquelle assistaient le Ministre délégué à l’Énergie, l’honorable John Janakpor, M. John Rice, Vice-président du Conseil, Président Directeur Général de GE Global Growth and Operations, ainsi que des dirigeants de GE, Endeavor Energy et Finagestion.

Le projet Ghana 1000 se situera dans l’Ouest du pays. Il fera appel à l’importation de gaz naturel liquéfié (GNL) et à une unité flottante de stockage et de regazéification (FRSU) pour la réception, le stockage et la regazéification. Des infrastructures connexes transporteront le gaz naturel jusqu’aux turbines GE situées à terre afin de produire efficacement une énergie propre.

Le consortium du projet Ghana 1000 est une initiative de producteurs énergétiques indépendants, strictement privés, sans aucune contribution financière directe de la part du gouvernement du Ghana. Le rôle du gouvernement s’est concentré sur la mise en place d’un environnement favorable et la création d’un cadre réglementaire pour permettre aux partenaires du projet d’accélérer l’approvisionnement en énergie dont le pays a tant besoin. Le gouvernement s’est aussi engagé à faciliter la signature d’un accord à long terme avec la compagnie nationale d’électricité du Ghana (ECG) et d’autres acheteurs potentiels de l’électricité générée par le projet. La capacité de production installée actuelle du Ghana est de 2 412 MW et sa capacité assurée est de 2 125 MW.

La première phase du projet devrait permettre de fournir 360 MW en cycle simple à partir de 2017. À son achèvement début 2018, la centrale produira plus de 540 MW en cycle combiné.  La deuxième et dernière phase du projet devrait être mise en œuvre avant 2019. La combinaison de ces différentes phases donnera naissance à l’un des plus grands parcs de production d’énergie en Afrique sub-saharienne, avec une capacité totale de plus de 1100 MW.

S’exprimant au nom du gouvernement du Ghana, le Ministre et honorable John Janakfpor a déclaré, « Nous sommes reconnaissants aux partenaires de Ghana 1000 d’avoir respecté leur engagement envers les efforts du gouvernement visant à augmenter la production d’énergie et réduire les coûts de l’électricité au Ghana.  Le gouvernement du Ghana facilitera et accélérera le processus d’approbation et les permis et fournira les augmentations de crédits requises, en toute transparence. »

« La première phase du projet nécessitera à elle seule plus de 20 millions de dollars de capital initial, plus de 200 millions de dollars de fonds propres amenés par les promoteurs du projet et plus de 600 millions de dollars d’endettement », a précisé Jay Ireland, PDG de GE Africa.  « GE Africa est très enthousiaste face aux investissements importants en moyens matériels et à l’expertise exceptionnelle en développement, exploitation et maintenance de projet. » M. Ireland a promis que le projet serait développé et réalisé en respectant les normes internationales, et que la centrale, une fois opérationnelle, fonctionnerait de manière optimale.  « On a d’excellentes raisons de croire que cette initiative fera du Ghana une référence en matière d’utilisation de technologies novatrices pour la production d’énergie », a-t-il ajouté.

L’importation de GNL sera une part intégrante du projet puisque le gaz sera utilisé comme source de carburant pour la centrale.  Les partenaires du consortium Ghana 1000 étudient actuellement les options possibles avec divers fournisseurs internationaux. Ils sont aussi en pourparlers avec une société de négoce ghanéenne pour la prise en charge de la gestion et de la logistique de l’importation de GNL pour le projet.

Endeavor Energy, une structure de développement et d’exploitation de centrales thermiques et hydroélectriques axée sur l’Afrique mènera le développement du projet en collaboration avec GE.  Endeavor Energy est une société de portefeuille de Denham Capital, une grande société de capitaux privés qui investit dans le secteur de l’énergie et des ressources. « La centrale Ghana 1000 sera un projet unique de production d’électricité au GNL dans un marché émergent. Ce projet est important pour le Ghana car il permettra d’ajouter une production de charge de base fiable tout en réduisant le coût de l’énergie dans le pays par rapport aux centrales qui fonctionnent actuellement au pétrole brut léger », a déclaré Sean Long, Président Directeur Général d’Endeavor Energy. Il a ensuite ajouté, « Les prix du GNL actuels sont environ 35 % inférieurs à ceux du brut léger mais la plupart des centrales thermiques au Ghana dépendent du brut en raison de la pénurie de gaz. En fait, des rapports récents indiquent que le Ghana dépense actuellement plus d’un million de dollars par jour pour acheter du pétrole brut léger pour sa production d’électricité. On ne peut donc pas minimiser l’impact de ce projet sur l’économie du pays. »

Finagestion est un groupe d’exploitation du secteur des services publics africains qui contrôle notamment plusieurs entreprises d’électricité et d’eau en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Finagestion est une société de portefeuille d’Emerging Capital Partners (ECP), une société de capitaux privés panafricaine. Elle jouera un rôle clé en tant que co-propriétaire et co-exploitant de la centrale et fera partie du consortium Ghana 1000. Prenant la parole, le Président de Finagestion et co-PDG d’ECP Vincent Le Guennou a déclaré, « C’est la première fois qu’un tel quantum de puissance sera produit à partir d’un emplacement unique en Afrique subsaharienne en dehors de l’Afrique du Sud. » « Le fait que nous produisions 1 000 MW à partir d’un seul site permettra d’engendrer des économies importantes puisque les unités de production d’énergie multiplieront les capacités de l’équipement et du personnel existants. »