image description

Denham Capital : 200 millions de dollars pour le secteur de l’énergie en Afrique

Scott Mackin, associé directeur, a observé « une augmentation importante de la demande en actifs opérationnels en Afrique ».

Scott Mackin, associé directeur, a déclaré à LBO Wire que Denham Capital Management pourrait investir jusqu’à 200 millions de dollars de son dernier fonds d’investissement dans des projets énergétiques en Afrique.

L’appréciation de Denham fait écho aux appels à l’expansion des infrastructures en Afrique en général, et dans le secteur de l’énergie en particulier. L’Afrique devra investir environ 90 milliards de dollars par an pendant les dix prochaines années pour répondre à la demande en infrastructures, selon Ebrima Faal, directeur régional de la Banque africaine de développement, cité dans une étude sur le commerce africain réalisée en 2013 par Ernst & Young.

Cette demande croissante s’accompagne d’un appétit grandissant des investisseurs pour l’acquisition de projets en Afrique, a déclaré M. Mackin.  « On remarque de façon générale une augmentation importante de la demande en actifs opérationnels en Afrique », a-t-il ajouté.

Denham, la société de Boston qui emploie M. Mackin, investit actuellement des fonds provenant de son fonds d’investissement Denham Commodity Partners Fund VI, fonds qui a fermé en mai 2012 avec 3 milliards de dollars.

Ces derniers mois, un grand nombre de sociétés de capitaux privés qui investissent dans le secteur de l’énergie s’est intéressé à l’Afrique. Au début du mois de décembre, American Capital Energy & Infrastructure, un fond d’investissement géré par la société de capitaux privés cotée en bourse American Capital, s’est engagé à investir jusqu’à 130 millions de dollars dans le promoteur africain de projets énergétiques Azura Power Holdings Ltd. Selon des rapports du Dow Jones, Actis a acheté en novembre les actifs de production et de distribution d’électricité d’AES Corp. au Cameroun pour 220 millions de dollars.

« Des investisseurs du Moyen-Orient, d’Asie et de fonds d’investissement de grandes infrastructures s’intéressent aux actifs énergétiques [en Afrique], » a déclaré M. Mackin.  « D’importantes sommes d’argent affluent et le coût du capital est faible. »  Avec ce type d’acquéreurs à l’horizon, il est plus intéressant d’investir à des stades précoces de projets énergétiques sur le continent.

Le portefeuille africain de Denham est considérable, grâce aux investissements réalisés à travers des sociétés de portefeuille sur le continent.  La société a notamment investi dans Endeavor Energy Holdings LLC, qui développe des projets énergétiques à travers toute l’Afrique.

Au début de l’année, Endeavor Energy, basée à Houston, a conclu un accord de co-développement avec Joule Africa pour développer et construire la deuxième phase du projet énergétique de Bumbuna, une centrale hydroélectrique en Sierra Leone d’une valeur de 700 millions de dollars, qui permettra d’ajouter 202 mégawatts à une installation existante de 50 mégawatts.

Endeavor Energy a accepté d’investir jusqu’à 150 millions dans ce projet, soit 75 % des fonds du projet à sa clôture financière.

Selon certaines personnes ayant connaissance des plans de la société,  il est fort probable que Denham, lors de l’étude de futures opportunités, tentera de trouver des partenaires stratégiques souhaitant investir dans de nouveaux projets.

M. Mackin s’est refusé à tout commentaire concernant des plans éventuels de levée de fonds pour les sociétés de portefeuille.

 

http://www.denhamcapital.com

http://www.endeavor-energy.com

Source :  http://pevc.dowjones.com/Article?an=DJFLBO0020131227e9crbjc1g&cid=32135026&ctype=ts